Story Peps

Episode 5 - De l'idée à la concrétisation: comment on lance une boîte déjà?

2
min read
Charlotte Usureau
Pachamama.pm co-founder
Story Peps

Après avoir validé le fit de nos deux personnalités, place à l'exécution.

C'est bien beau de se dire: "ok, je me lance!". Mais en fait, c'est quoi la première étape pour concrètement lancer une entreprise? 🧐

Et quelles questions essentielles faut-il se poser quand on s'associe? Doit-on faire du 50/50? Doit-on apporter du capital? Quel expert comptable faut-il prendre? 🤯

Du brainstorm d'idées au pragmatisme de l'exécution

Bref, après la première phase "lune de miel" / brainstorm d'idées que nous venions de vivre, nous sommes revenues sur Terre pour nous confronter aux questionnements très pragmatiques et "ô combien" essentiels qu'on nous posait.

👀Certes les webinars, podcasts et autres blogs sur l'entreprenariat nous ont aidé (merci d'ailleurs à Guilhem Bertholet, Koudetat, etc pour leur contenu en libre accès très riches 🤩).

La première étape pour mettre un pied dans la réalité business d'un projet est bien de tester l'offre

D'une part pour voir si celle-ci peut exister en dehors de notre esprit créatif. D'autre part pour amorcer une première approche vers nos futurs "clients". 😉

Bref, bienvenus dans le monde du product management!

Et comment fait-on ? Nous avons mis en commun nos réseaux respectifs, puis établi une liste de cibles potentielles à tester. 

L'objectif était de mener l'échange autour d'une étude sur le recrutement des Product Managers, et non comme une approche à finalité commerciale. 

Bien entendu, nous souhaitions naturellement les amener à parler de leur besoin pour voir si cela "matchait" avec nos idées.

Une fois que nous avons validé ou invalidé nos hypothèses, nous avons pu affiner notre proposition de valeur. ✏️(c'est le côté PM en nous 😉)

A cela, se sont ajoutés les différentes rencontres auxquelles nous avons proposé notre projet. 

Nous avons d'ailleurs été agréablement surprises de la gentillesse et la générosité qui nous ont été démontré pour nous aider. Beaucoup d'idées émises ont été retenues pour enrichir notre réflexion. Un grand Merci à Benjamin Jean, Greg l'Hotellier, Jérémy Gautret (Joomy), Alexandra Gallety (Felix et Ludo), Lucas Mesquita, Matthieu Thomas (Seekoya), Jessica (Rocket School), Evelyne Notton (Splio), Clément Paillasse (Se Loger) , Seb Levaillant (Payfit), Victor (Matera) ...

Le vrai constat de tous ces échanges qui prennent du temps à trouver, à faire, etc c'est qu'ils ne sont jamais une perte de temps - et qu'il y a TOUJOURS quelque chose à en tirer de positif à plus ou moins long terme 🤓

Des mandats qui arrivent alors que la société n'existe pas encore

Alors là, vous nous direz: 

“Des mandats qui arrivent alors que la société n'existe pas encore… problème de riche!”

Et vous n'aurez pas tort.

Cela dit, il faut tout de même faire les choses dans le bon ordre. Au début on ne se pressait pas. L'une étant déjà disponible sur le projet, l'autre encore en poste, on pensait attendre d'être à temps plein toutes les deux pour s'en préoccuper. Mais voilà, quand les clients on besoin de vous, on ne dit pas non!

On va être franches, entre nous, on a été un peu prises au dépourvu. Surtout qu'une des premières questions qu'un de ces clients nous a posé (en dehors du prix de notre offre - ça non plus on n'était pas hyper préparées) était: avez-vous un contrat?

Non. Pas encore du moins.

Mais pour rédiger un contrat commercial convenable, il faut une structure juridique.

Deuxième question que nous nous sommes posées: peut-on prendre le risque de créer officiellement la société quand l'une des associées est encore en poste - et donc pas encore inscrite chez Pôle (Emploi) 🧐?

Quelques coups de fils plus tard, nous voilà rassurées : pas de risque tant que nous ne souhaitons pas faire une demande d'ACCRE (système un peu nébuleux d'exonération de charge - pour les curieux, google vous en dira plus 😉).

Bref, l'une se met à fond dans la paperasse juridique quand l'autre se dédouble pour tenter de suivre son boulot encore officiel et la création de cette nouvelle entité. 

Et là, attention, mesdames messieurs :

Premier conseil

Comme dans un couple, la CO-MMU-NI-CA-TION est essentielle! ♥️

Et ce sera vrai tout au long de l'association.

Il faut que tout le monde soit bien aligné sur le même objectif, tout en ayant en tête les contraintes de chacune. Dans notre cas, il a fallu de la souplesse de chaque côté pour essayer de se retrouver à des moments opportuns (le soir , le week-end, sur les pauses dej - heureusement, on adore manger 🤤) pour avancer malgré tout.

Deuxième conseil

Ne pas se précipiter! 💨

Je sais, cela semble plus facile à dire qu'à faire, mais après quelques mois de prise de recul, nous pensons qu'en ayant attendu un mois de plus pour créer la société, nous n'aurions pas été pénalisées pour autant côté client. 

Pourquoi? 

Pour la simple et bonne raison que dans le monde du recrutement, on facture la plupart du temps au succès (c'est notre cas) et au moment de la prise de poste du candidat (aussi notre politique) donc entre la signature d'un contrat et la "rentrée d'argent sur le compte" il peut se passer près de 5-6 mois si on prend en compte le temps de recrutement, les allées-retours avec le client, le préavis du candidat retenu et le délai de paiement (30 jours fin de mois).

Bref quand on démarre ce type de business, il ne faut pas s'attendre à avoir un fonds de roulement solide avant quelques temps (😉pour les financiers!). 

A partir du moment où la société est créée, le compte à rebours est lancé, et tous les mois sans facturation comptent, notamment dans le cadre d'une demande de financement auprès des banques. Et bien qu'elles nous soient nécessaires, ces dernières n'en demeurent pas moins tatillonnes; il faut donc bien savoir expliquer tous les choix, bons ou mauvais.

Alors pas de précipitation inutile! Si vous faites quelque chose, assurez vous surtout de bien savoir le justifier ensuite 😊